découvertes scientifiques sirop d'érable

Découvertes scientifiques

2017

Le sirop d’érable pur peut-il aider à réduire l’inflammation chronique?

Une nouvelle étude de l’Université du Rhode Island a révélé la présence d’inuline dans le sirop d’érable. L’inuline est un glucide complexe (une fibre alimentaire naturelle) qui agit comme prébiotique, encourageant la croissance des « bonnes » bactéries dans l’intestin. L’inuline s’ajoute aux autres composés bénéfiques déjà décelés dans le sirop d’érable, tels les polyphénols, les vitamines et les minéraux. Cette récente découverte permettrait de classer l’érable dans la catégorie des aliments fonctionnels.

À cette étude s’ajoute celle, menée sur des animaux, portant sur les bienfaits de la boisson symbiotique (prébiotique et probiotique) d’eau d’érable pour favoriser le rétablissement de la flore intestinale après un déséquilibre de leur écosystème bactérien provoqué, par exemple, par la prise d’antibiotiques.

Par ailleurs, cette année, on a trouvé dans le sirop d’érable deux nouveaux composés, dans la famille des lignans, aux propriétés antioxydantes et aux bienfaits potentiels sur la santé, ce qui porte maintenant à 65 le nombre total de ses phytonutriments. Découvert en 2011, le Quebecol, une molécule qu’on ne retrouve que dans le sirop d’érable, et son analogue, l’isoquebecol (récemment synthétisé), ont démontré leur capacité à diminuer la production de médiateurs de l’inflammation.

En savoir plus avec le Communiqué de_presse

 

2016

Est‐il possible d’exploiter les avantages de l’extrait de sirop d’érable pur pour favoriser la santé cérébrale?

Les résultats préliminaires de récentes études, dévoilés lors du congrès annuel de l’American Chemical Society (ACS), révèlent qu’un extrait de sirop d’érable pur est jugé prometteur pour prévenir les maladies neurodégénératives, dont l'Alzheimer. Le sirop d’érable joint donc les bleuets, les noix de Grenoble, le thé vert et le curcuma, notamment, dans la liste des aliments présentés comme des alliés potentiels du cerveau.
 
Une de ces études, présentée par le Dr Donald Weaver, du Krembil Research Institute de l’Université de Toronto, a montré qu’un extrait de sirop d’érable aurait le potentiel de prévenir le mauvais repliement et l’agglutination de deux types de protéines qu’on retrouve dans les cellules cérébrales, soit la bêta‐amyloïde et le peptide tau. Lorsque les protéines cellulaires se replient incorrectement et s’agglutinent, elles s’accumulent et forment la plaque impliquée dans la pathogenèse de la maladie d’Alzheimer et d’autres maladies cérébrales.
 
Une seconde recherche présentée à ce symposium a montré qu’un extrait de sirop d’érable pur pouvait empêcher la fibrillation (agrégation) de la bêta‐amyloïde et avoir un effet neuro‐protecteur sur les microglies de rongeurs. Les chercheurs ont découvert qu’une baisse de la fonction des microglies était associée à la maladie d’Alzheimer et à d’autres problèmes neurologiques. L’extrait de sirop d’érable a également prolongé la durée de vie d’un banc d’essai in vivo chez le nématode sur l’Alzheimer. L’étude a été menée par l’Université du Rhode Island en collaboration avec des chercheurs de l’Université du Texas et dirigée par le Dr Navindra P. Seeram, l’organisateur du symposium.
 
En savoir plus avec le Communiqué de presse

 

2014

Le sirop d’érable représenterait-il un meilleur choix que d’autres agents sucrants pour contrôler la glycémie?

De nouvelles études réalisées par les équipes du Dr Marette (Université Laval et INAF, Canada) et de la Dre Abe (Université de Tokyo, Japon) démontrent que la composition du sirop d’érable en fait un agent sucrant aux propriétés uniques. A cette étape du processus de  recherche en laboratoire, l’érable a un effet significativement favorable en matière de contrôle de la glycémie et de la résistance à l’insuline en comparaison au sucre blanc.
 
De plus, récemment, l’équipe du Dr Seeram (Université du Rhodes Island, États-Unis) a rapporté avoir découvert dans le sirop d’érable neuf polyphénols supplémentaires, aux propriétés antioxydantes comparables à celles du vin rouge, du thé et des petits fruits, ce qui porte maintenant le total des phytonutriments de ce produit tout naturel à 63. 
 
Examinés collectivement, les différents composés découverts dans le sirop d’érable pourraient expliquer tous les bienfaits observés à ce jour.  La prochaine étape très attendue du programme : des études sur des sujets humains qui viendraient confirmer toutes ces observations.
 
En savoir plus avec le Communiqué de presse

 

2013

Les avantages du sirop d'érable pur à 100 % :
une consommation avantageuse lorsque comparée à
d'autres agents sucrants

Le sirop d'érable contient notamment une importante quantité de phyto-hormones de la famille de l'acide abscissique (ABA), une molécule dont les effets seraient bénéfiques contre le développement de la résistance à l'insuline. De plus, une récente analyse démontre que la quantité de polyphénols retrouvée dans le sirop d'érable est environ cinq fois supérieure à celle mesurée dans le miel, le sirop de riz brun et le sirop de maïs, et plus de 400 fois supérieure à celle détectée dans le sirop d'agave. Différentes études ont proposé que la consommation régulière de polyphénols pourrait exercer des effets bénéfiques, entre autres, sur la santé métabolique.

En savoir plus avec le Communiqué de presse
 
 

L’eau d’érable : cocktail bioactif !

L’eau d’érable, le seul ingrédient qui entre dans la fabrication du sirop d’érable, contient un véritable cocktail de 46 molécules nécessaires à la vie de l'arbre. Mais ce n'est pas tout. Les feuilles et même l'écorce de l'érable possèderaient des composantes bénéfiques pour la santé. Ginallines, maplexins, saccharumosides… : si leurs noms savants tiennent de la science pure, leurs bienfaits naturels tiennent du gros bon sens. L'évolution des connaissances sur l'érable suggère que celui-ci pourrait un jour carrément contribuer à la pharmacopée.
 

 

2011

Érable et diabète

Contrairement aux autres sucres non recommandés pour les diabétiques, l'eau et le sirop d'érable contiendraient une phytohormone, l'acide abcissique, qui jouerait un rôle thérapeutique au niveau du métabolisme et du diabète. Cette phytohormone stimule le relâchement de l’insuline par les cellules du pancréas, augmente la sensibilité des cellules adipeuses et favorise l’absorption des sucres par les muscles. Elle aiderait donc le corps, selon les études en cours, à métaboliser le sucre dans l'érable. 
 
Une autre recherche, de l’Université de Tokyo cette fois, suggère que le sirop d'érable contribuerait à la santé du foie. En effet, il semble que l'érable inhibe certains gènes liés à la production d'ammoniac, un composé nuisible pour le foie. Ces découvertes, bien que préliminaires, constituent une raison de plus de privilégier l’érable comme édulcorant.
 

 
 

2010-2011

Le Quebecol, vous connaissez ?

Découvert dans le cadre d'une étude de l'Université de Rhode Island, aux États-Unis, le Quebecol est un polyphénol unique à l'érable, nommé — vous l'aurez deviné — en l'honneur du Québec. Ce polyphénol se forme quand on fait bouillir l'eau d'érable pour la transformer en sirop. Reste à savoir, par le biais de nouvelles recherches, s'il peut lui aussi contribuer à notre santé de façon unique.
 

 
 

2009

Pouvoir antioxydant 

En plus des glucides, des vitamines et des minéraux, le sirop d’érable et ses dérivés renferment des composés phénoliques présents à l’état naturel. Dans une étude récente portant sur les produits de l’érable, des chercheurs québécois ont montré que ces substances possédaient un pouvoir antioxydant.
 
Depuis des années, on sait que les produits de l’érable surpassent les agents sucrants courants grâce à leur apport en vitamines, en minéraux et en autres phénoliques. Aujourd’hui, la science fait des avancées et nous en apprend davantage.
 

 
 

2005

L’érable contient des vitamines et des minéraux, avouez que cela vous étonne?

Une portion de 60 ml (1/4 tasse) de sirop d’érable comble plus de 71% des besoins nutritionnels quotidiens en manganèse, 35 % en riboflavine, 17 % en cuivre, 5 % en calcium et en thiamine, 4% en potassium et 2 % en fer.